>

. Newsletter

. En images


¡

Haut de page

Exonérer les indemnités de licenciés

L’Avenir – jeu.16 fév

La députée fédérale Özlem Özen vient de déposer une proposition de loi qui vise l’exonération fiscale des rémunérations de licenciement.

AISEAU-PRESLES

Seb.G

Le séisme causé par la fermeture annoncée de Caterpillar Gosselies continue à faire sentir ses répliques. Tandis que de nombreuses voix s’élèvent, à tous les niveaux de pouvoir, contre les licenciements boursiers ou pour une réforme profonde de la Loi Renault, la députée fédérale PS Özlem Özen, par ailleurs échevine d’Aiseau-Presles, a décidé d’envisager la problématique par l’autre extrémité: elle vient de déposer, à la Chambre des représentants, une proposition de loi qui entend apporter une modification capitale au Code des impôts sur les revenus de 1992.

La portée avouée du texte: atteindre l’exonération fiscale des rémunérations et indemnités reçues par un travailleur dans le cadre de son licenciement. «Ces montants, en ce compris les indemnités de congé, sont actuellement soumis à l’impôt des personnes physiques, comme tout

, argumente Özlem Özen, qui voit dans cette proposition de loi, promue par l’ensemble du groupe PS, un moyen de soutenir les travailleurs, victimes de ces licenciements brutaux, si pas inattendus. autre revenu. Or, cet IPP représente de 20 à 25% de la somme de l’indemnité du travailleur licencié. C’est donc un montant important, sur lequel il devrait pouvoir compter au moment même où il en a le plus besoin!»

Elle poursuit: «Cette exonération fiscale peut représenter une aide précieuse, qui permettra aux travailleurs de garder la tête hors de l’eau, pour assurer leur reconversion, notamment pour se lancer dans un projet entrepreneurial qui nécessiterait des capitaux». L’ensemble du groupe PS à la Chambre se tient autour de la députée originaire d’Aiseau-Presles pour demander à l’ensemble des autres partis politiques de soutenir ce texte de proposition de loi.